Agenda

Décembre, 2022
< << Aujourd'hui >> >
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Actualités

Service de Transport à la demande

Un nouveau service mis en place par le Grand Reims : le Transport à la demande
En savoir plus...

Ma Mairie En Poche

Tenez-vous au courant de l'actualité du village, grâce à l'application "Ma Mairie En Poche"
En savoir plus...

INSCRIPTIONS SCOLAIRES 2022-2023

Les inscriptions scolaires pour la rentrée de septembre 2022 sont ouvertes jusqu'au 31 mars 2022. Les fiches d'inscriptions et de dérogations...
En savoir plus...

Histoire de l'égliseEGLISE VANDEUIL de Vandeuil

 

Historique

Au XIIIème siècle, la cure était sous le patronage de Saint Timothée, disciple de l'apôtre Paul, évêque d'Ephèse, lieu où il fut martyrisé en 97. Il est fêté le 24 janvier. L'église était alors une annexe de Jonchery sur Vesle desservie par le curé d'Hourges, qui alternait avec Unchair. Un sentier conduisant de Jonchery à Vandeuil était dénommé « sentier aux morts ».

Si l'église est consacrée à St Timothée, il n'en reste pas moins que Sainte Philomène a été longtemps honorée à Vandeuil (voir la page dédiée à Ste Philomène).

Vandeuil a toujours été une paroisse et l'église était en fait une « chapelle castrale » attenant au château. Elle était située à l'emplacement actuel de la coopérative, au centre du village. Dans la muraille, un passage avait été aménagé pour accéder avec sa famille directement au lieu de culte (survivance de l'ère féodale). Jadis, le cimetière entourait la chapelle.

Les registres paroissiaux d'état civil, dont l'origine remonte à 1641,  étaient écrits à Jonchery sur Vesle. Dans les archives archiépiscopales, il est mentionné que Monseigneur Langenieux rendit officiellement visite à Vandeuil, le 27 avril 1884. Les curés de l'époque avaient pour habitude de rédiger des rapports sur la population villageoise. Le curé Henry Bouzin assurait ainsi que « les principales familles manifestaient une réelle piété », ce qui était un progrès avec celui de son prédécesseur, en 1774, qui déclarait: « Bon fond de foi, respect du prêtre, mais peu de pratique. »

 

La reconstruction de l'église

RECONSTRUCTION EGLISEDétruite lors de la première guerre mondiale, la chapelle castrale fut provisoirement remplacée par un baraquement  en bois, qui hébergea temporairement les fidèles de la commune. En 1924, l'église de notre village fut reconstruite. Un ouvrage, datant de 1924, nous apporte des précisions sur les travaux liés à la reconstruction des églises de la région. Ce document, publié sous le titre « Les progrès de la reconstruction des Eglises », nous relate l'état d'avancement des chantiers de restauration des églises locales. C'est ainsi qu'est décrite la visite de la délégation conduite par Monseigneur Camu, Vicaire général de Reims, représentant son Eminence le Cardinal Luçon, dans notre région.

« A Vandeuil, où de l'église, comme des maisons voisines, la guerre n'avait laissé que des décombres, nous visitons un très intéressant chantier. La nouvelle église est en construction sur un nouvel emplacement dans une boucle de la route dont on a remanié le tracé. L'indemnité de dommages trop faible rendait extrêmement difficile la construction d'un édifice aussi important que l'ancien. Les besoins de la population obligeaient cependant à ne pas le réduire aux proportions de la chapelle. Le gros œuvre très avancé permet déjà de juger de ce que nous avons vus ensuite ont confirmé notre impression. L'église de Vandeuil sera sans doute une des mieux réussies des petites église rurales.» Compte tenu de sa date de reconstruction, la décoration de l'église est répertoriée « Art déco ».

 

Le statuaire

Lors de sa reconstruction, l'église fut dotée de statues : outre celles de Jésus, Marie et Joseph, figurent en bonne place Sœur Thérèse de l'Enfant Jésus, Jeanne d'Arc et deux saints qui ont occupé une place spécifique dans le village : Saint Vincent, patron des vignerons et Ste Philomène (voir sa fiche spécifique).

 

La cloche

Les travaux de réfection de la toiture de l'église furent la cause involontaire d'un retour en arrière. En vérifiant l'état des bois composant la charpente du clocher, les élus se sont intéressés à la cloche qui est installée dans le clocher et qui surplombe le porche. Après avoir procédé à quelques opérations de nettoyage, Louis Kieffer, adjoint, a pu noter les inscriptions plus que centenaires gravées circulairement dans le bronze.

On peut lire dans l'Indépendant rémois que « celle-ci avait été enlevée par les Allemands en 1918, comme tant d'autres, et retrouvée à Franckfort, puis ramenée primitivement par erreur à Hourges. Ce sont les inscriptions gravées sur son pourtour qui révélèrent la méprise et permirent sa restitution à la commune de Vandeuil. »

Première ligne : L'an 1775, j'ai été bénie par Mr H. Bouzin, curé de ce lieu et présentement à Hourges et doyen de Fismes.

Deuxième ligne : A été nommée Catherine, par Nicolas J.P. Regnault d'Irval de Maupas, prêtre chanoine de l'église de Reims.

Troisième ligne : Conseiller à la grande chambre du Parlement de Paris, Docteur en théologie de la maison et société royale de Navarre.

Quatrième ligne : Et par dame Catherine de Mailly, veuve de Mr P.J.Regnault d'Irval, vicomte et seigneur de Vandeuil.

 

Les travaux de rénovation et le nouveau coqDSC09299

En 1990, le mauvais état du toit et les dégradations consécutives aux différentes tempêtes ont conduit le conseil municipal à décider de la réfection de la toiture. Lors d'une petite cérémonie au cours de laquelle l'abbé Sellier bénit le nouveau coq, le Maire, François Mourra,  évoqua ce remplacement ; « ce sympathique gallinacé, qui veillait sur notre village depuis 1924, a pris un repos bien mérité, détérioré par divers impacts de projectiles. Sa réparation n'ayant pas été possible, nous avons dû rechercher, dans des délais très courts, un artisan capable de fabriquer un coq semblable à l'original. Un matériau plus noble fut envisagé et c'est ainsi que le cuivre succéda au zinc. Comme le veut la tradition, un message fut enfermé dans le plumage de l'animal où une petite cavité avait été aménagée pour l'occasion. »

L'ancien coq en zinc trône maintenant dans la salle des mariages, en compagnie des anciennes cloches du beffroi de la mairie.

DSC09305

 

 

 

 

L'installation des vitraux

L'église, qui est la propriété immobilière de la commune, a toujours été entretenue depuis plus de 35 ans et a été l'objet de différents travaux (réfection de la couverture, pose d'un paratonnerre, réhabilitation du clocher, du coq et des abats sons, installation d'éclairages extérieur et intérieur, remise en état du plafond...)

Ces éléments attirèrent l'attention de Bruno Pigeon, Maître Verrier, qui proposa au Maire, François Mourra, et à son conseil de doter l'église Saint Timothée de vitraux. Bruno Pigeon convainquit Jean-Claude Collot, généreux donateur, de financer cette oprération.

Un petit groupe fut constitué pour suivre l'avancement de ce projet, auquel a participé Arnaud Toury, prêtre de l'espace missionnaire Tardenois-Vesle.

Durant l'année 2021, le Maître Verrier réalisa son oeuvre dans son atelier de Reims et acheva la pose des vitraux à la fin du mois d'août.

Le thème retenu pour ces 7 vitraux a été "La Génèse". pour accèder aux détails de cette réalisation cliquer sur le lien suivant : GENESE